Mlivres

base de données publique

24 janvier 2009

François Mauriac -Thérèse Desqueyroux

François Mauriac -Thérèse Desqueyroux


résumé du livre:
Thérèse s'ennuie, Thérèse fume, Thérèse épouse un peu Bernard pour faire partie de la vie d’Anne (la sœur de Bernard, mais aussi l’amie de Thérèse). Thérèse ne fait rien comme tout le monde: quand elle se promène avec son fiancé, elle se fascine pour les plantes venimeuses, ressemble à une folle affreuse le jour de son mariage, punaise les photos des fiancés de sa meilleure amie dans le cœur (puis jette ces photos aux WC…)… Bref, Thérèse…s’ennuie…Enceinte Thérèse voudrait voir son enfant ne jamais naître…
A l’approche de la trentaine, Bernard commence à devenir souffrant, et pour reprendre des forces, suit un traitement à l’arsenic (sensé lui redonner de l’appétit). Un soir un incendie se déclare chez les voisins, et, perturbé, Bernard se trompe dans les dosages de l’arsenic, tombe gravement malade, mais survit. Cette étape donne des idées à Thérèse, qui finit par verser des gouttes d’arsenic dans le verre de son mari en cachette… Entre temps, Anne, sa belle-soeur est en pleine intrigue amoureuse avec un bel homme Jean Azévédio, qui la fascine par sa culture, son côté Parisien. Cependant la famille voit cette liaison d’un très mauvais œil, car Anne était promise au jeune Deguilhelm. Heureusement la famille Deguilhelm est absente pendant cette période et la famille charge Thérèse (puisqu’elle est si fine et intelligente) d’éloigner les manats l'un de l'autre. Thérèse rencontre l'amant de sa belle-soeur à la palombière où Jean avait l’habitude de fricoter avec Anne, lieu est aussi celui où Anne et Thérèse jouaient ensemble (et c’est pour Thérèse l’occasion d’effectuer une sorte de pèlerinage…). Jean surprend Thérèse par son détachement : il lui dit très franchement qu’il n’avait jamais compté épouser Anne, qu’il la trouvait niaise et pas très intelligente. Thérèse discute de religion (elle retournera un temps à l'église, Jean lui ayant dit son admiration pour le jeune prêtre) et littérature avec Jean, il lui conseille des livres et repart pour Paris. Thérèse fait tout pour entrer dans l’univers de Jean, mais les livres qu’il lui a conseillé lui sont incompréhensibles et Thérèse réalise qu’elle s'épanouirait mieux à Paris. Entre temps, Anne finit par s’asservir (comme l’avait prémédité Jean), et se fiance avec le petit Deguilhelm, qui souhaite, avant de l’épouser, se fixer les idées sur le cas Thérèse (car entre temps, Bernard Desqueyroux a failli mourir et un procès a été fait à Thérèse pour empoisonnement…avant que le mari se rétracte (pour l’honneur de la famille)). Mise en scène de la rencontre de Deguilhelm avec Thérèse, où elle doit simuler la folie. Puis, voyant sa femme dépérir, Bernard finit par l’emmener à Paris, où ils se sépareront. Au dernier instant, Bernard ose enfin demander à Thérèse les raisons de l’empoisonnement : il faut savoir que tout au long du livre, Thérèse ne cesse de souhaiter lui confesser les raisons, se torture moralement pour réfléchir au pourquoi du comment. « Thérèse sourit, puis le fixa d’un air grave. (…) « Mais Bernard ? Ne savez vous pas que c’est à cause de vos pins (=hériter la maison) ? »il répond « je ne le crois plus si je l’ai jamais cru ». Mais Bernard finit par se décourager, et rit grossièrement, alors que Thérèse semble prête à se confesser. « Qu’il se haïssait d’avoir interrogé Thérèse ! (…) Comme s’il y avait quoi que ce fût à comprendre avec ces détraquées ! ».
« Si Bernard lui avait dit : "Je te pardonne, viens…" » elle se serait levée et l’aurait suivi. » Mais Bernard ne comprend décidément rien et s’en va en débitant des banalités. Thérèse promet de revenir quelques fois pour voir sa fille Marie.

Mon avis: Le livre fini sur la marche délicate de Thérèse dans les rues de Paris…et c’est très joli.
« Que ce fût à son insu ou non, Thérèse suscitait le drame (…)(page 114) …il fallait qu’elle fût criminelle ou victime »
J'ai trouvé ce livre très beau.

lien vers un *résumé de La fin de la nuit, en français , qui trace la suite de thérèse, sa vie à Paris.
 

Posté par mlivres à 18:35 - AUTEUR FRANCE 1900<<1980 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LAISSER UN MESSAGE ?

_

PSEUDO

Email :